le test sanguin d’intolérance alimentaire

Alors que les orgies de chocolat sont derrière nous et que l’été approche, on entend beaucoup parler de détox, de régime et surtout d’intolérance alimentaire. Je me rends compte que de plus en plus d’amies se déclarent intolérantes au gluten, au lait de vache et à bien d’autres choses encore. La plupart ont fait un test d’intolérance alimentaire.

Attention, je ne parle pas des tests d’allergie alimentaire pratiqués par des allergologues. Ici, il s’agit de tests généralement prescrits par un nutritionniste ou un coach sportif. Si vous n’en avez pas encore fait un, voici comment ça marche.

Vous vous rendez dans un laboratoire bien précis où on vous fera une prise de sang. Votre sang sera ensuite analysé dans ce laboratoire ou ailleurs. En effet, il y a encore peu de labos en France qui pratique ce genre d’examen. Selon les centres, le nombre d’aliments testés est plus ou moins important et la facture plus ou moins élevée (ça coûte entre 200 et 500 € non remboursés par la Sécu bien évidemment). Quelques jours après, vous recevez un compte rendu détaillé avec les aliments que votre corps tolère sans souci, ceux qui sont « moins bons » pour vous et enfin ceux que vous devez impérativement éviter. L’idée est que les aliments « interdits » sont responsables d’une mauvaise digestion, de fatigue, de surcharge pondérale, de problèmes de peau, etc.

Certaines personnes trouvent cette pratique géniale. En excluant totalement les aliments interdits, elles affirment retrouver une digestion facile, de l’énergie, une bonne santé, etc.

D’autres, à l’inverse, paniquent quand elles reçoivent les résultats. Car il faut savoir que plus on consomme régulièrement un aliment, plus le corps risque de le digérer avec difficulté et donc plus vous aurez de chance de le retrouver dans votre liste noire ! Imaginez un instant que le chocolat dont vous ne pouvez pas vous passer (ou n’importe quel autre aliment) se retrouve dans la liste de vos interdits… il y a de quoi stresser, non ?

Cette mode des tests ne date pas d’hier. J’en ai fait un, il y a déjà 10 ans, pour les besoins d’un article. Je me souviens encore de l’état de panique dans lequel je me suis trouvée à la vue des résultats. On m’interdisait dorénavant le gluten, la vanille, le maquereau, les courgettes et tout un tas d’autres choses. J’ai appris à décortiquer les étiquettes de ce que j’achetais. Je suis devenue ultra casse-pieds au restaurant (et oui, en 2004, le no gluten, personne ne connaissait !). Je n’ai pas maigri pour autant, mais je dois avouer que j’ai nettement amélioré mes problèmes de digestion et de ballonnements.

Puis, en 2013, j’ai été amenée à tester deux tests proposés par deux autres laboratoires. Le plus étrange (ou le plus inquiétant ?), c’est qu’aucun de ces trois tests ne donnait les mêmes résultats. Et c’est bien là que se situe le problème ! Lequel de ces trois tests est le plus fiable ? Y a-t-il d’ailleurs un de ces tests qui soit à 100% fiable ? Si je m’amusais à faire la liste de tous les aliments interdits et déconseillés par ces trois tests… je crois que ne pourrai plus rien manger !

En fait, ce que je voudrais vous dire aujourd’hui, c’est que seul le bon sens doit primer. Observez ce que vous dit votre corps. Soyez à son écoute. Effectivement, nous avons tous des aliments que nous digérons plus ou moins facilement. Mais pour savoir lesquels, rien ne vaut le petit carnet de notes (ou l’application Notes de votre Iphone). Si vous souffrez de problèmes de digestion, de maux de ventre, de maux de tête, de kilos en trop… faites l’effort durant quelques jours de noter scrupuleusement ce que vous mangez, dans quelles conditions (en courant dans la rue, stressée devant l’ordi au bureau, avec des copines au restau, etc) et ce que vous ressentez après (ventre gonflé, mal de tête, etc.). Grâce à ça, vous vous rendrez vite compte des aliments « à risque ». Croyez-moi j’en ai fait l’expérience, conseillée par une super naturopathe. Afin de valider votre analyse, vous ferez ensuite le test d’éliminer de votre alimentation ces aliments, un par un, durant quelques jours et vous verrez bien si vos douleurs disparaissent. En plus, tout l’argent économisé pourra servir à vous offrir un petit top ajusté que vous porterez dès que vous aurez dégonflé !

 

 

 

 

 

 




2 Comments sur le test sanguin d’intolérance alimentaire

  1. Mathias
    10 avril 2015 at 6:56 (2 années ago)

    Bonjour
    Votre conclusion me semble très pertinente!
    J’adhère…!!!
    Pourrais je avoir les coordonnées de votre « super » naturopathe ???
    Cela me rendrait un grand service…
    D’avance, merci infiniment

    Répondre
    • Oriane
      10 avril 2015 at 7:41 (2 années ago)

      bonjour, la « super » naturopathe qui m’avait fait tenir le cahier alimentaire n’exerce plus mais j’en ai une autre, encore plus « super », il s’agit d’Odile Chabrillac dont je parle ici (http://orianeconfidential.com/le-rhume-ne-passera-pas-par-moi/). N’hésitez pas à la contacter de ma part au 06 60 41 21 82. Bon WE !

      Répondre

Répondre à Oriane Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *