La consultation parfum chez Guerlain

Je me rends compte que je ne vous ai toujours pas parlé de parfum… alors que c’est un sujet qui me passionne ! Dans le passé, j’ai souvent été frustrée de ne pas pouvoir en parler autant que je l’aurais souhaité (lorsque j’étais en charge de la rubrique beauté de l’Officiel, le parfum était chasse-gardée d’une autre journaliste). Alors maintenant que j’ai lancé ce blog pour évoquer les sujets qui me tiennent à cœur, je vais enfin pouvoir m’épancher sur le sujet.

Je vais commencer par vous parler de la consultation parfum de Guerlain.

Ce rendez-vous en tête-à-tête avec une conseillère est destiné à vous aider à trouver le parfum qui vous correspond le plus. Or trouver SON parfum, parmi le nombre incalculable de fragrances disponibles n’est pas chose aisée. Evidemment, il s’agit ici de trouver un parfum Guerlain uniquement. Un peu réducteur, me direz-vous. Je vous répondrai que, de manière plus large, cette consultation vous aidera également à vous repérer au sein des différentes familles olfactives et à cerner plus précisément ce que vous aimez ainsi que ce que vous aimez moins. Libre à vous ensuite de déambuler dans les rayons de Sephora si le cœur vous en dit.

Capture d’écran 2014-10-15 à 00.50.46

Vous allez peut-être vous étonner que j’ai testé cette consultation alors que je suis censée avoir de nombreuses connaissances en la matière. Vous auriez raison. Ce n’est bien évidemment pas pour découvrir les différentes familles olfactives que je m’y suis rendue. En fait, il se trouve que j’éprouve en ce moment des sentiments un peu ambigus envers Mitsouko, le parfum que je porte depuis… plus de 25 ans !

Je me souviens encore de l’étonnement de la vendeuse de la boutique de la rue de Passy lorsque j’étais venue accompagnée de ma mère pour choisir mon parfum de jeune fille. Le coup de foudre avec ce « vieux parfum » (il a été créé en 1919) avait été immédiat. Personne n’avait pu me faire changer d’avis et choisir un parfum plus jeune et plus moderne. Depuis, je lui suis toujours restée fidèle même si de temps à autre il m’arrive de m’asperger d’un coup de cœur plus ou moins passager (il faut dire que grâce à mon métier je reçois tous les nouveaux parfums avant qu’ils ne soient sur le marché).

Seulement voilà, cela fait quelques mois que je reviens de moins en moins souvent à ce qui était ma signature olfactive. Et cela ne me plaît pas vraiment. J’aime l’idée qu’une femme soit associée à un parfum. Je peux ainsi vous dire laquelle de mes amies porte tel ou tel parfum. Et je trouve très déstabilisantes les femmes qui changent de parfum presque chaque jour.

J’ai donc décidé de faire une consultation afin de voir quel parfum me correspondrait le plus en ce moment. D’autant plus qu’il était absolument hors de question pour moi de “flasher” sur une édition limitée, une variation passagère d’un parfum star. Je voulais trouver le grand classique qui me corresponde et si possible qu’il ne soit pas trop porté par d’autres femmes. Pour cela, rien de mieux que l’aide et les conseils avisés d’une spécialiste.

Me voici donc dans la boutique pour un tête-à-tête avec Vanessa à qui je n’ai pas dit que j’étais journaliste beauté et que j’avais déjà quelques connaissances en matière de parfum. Je ne désire absolument pas la piéger, mais je veux juste me retrouver dans la peau d’une cliente lambda et me faire « porter » par elle.

Sur un ipad, elle fait défiler quatre images. Chacune est composée de 6 vignettes et correspond à une famille olfactive quelle prend le temps de m’expliquer. La première est une ambiance fraîche et aquatique. La deuxième est gourmande, à la fois fruitée et florale. La troisième est boisée. Enfin la quatrième est plus sensuelle, faite de velours et de soie. Vanessa me questionne sur ce que j’aime ou non dans chacune de ces familles. Evidemment c’est la famille boisée qui fait écho en moi. J’aime chacune des six facettes (sous-bois, mousse, épices, cuir, bois et feu). Même son côté un peu masculin me plaît énormément.

Vient ensuite la phase plus personnelle durant laquelle je détaille mon intérieur, la façon dont il est décoré, mes goûts culinaires, etc. Je lui explique que j’aime l’odeur de l’herbe fraîchement coupée, de la nature après la pluie… Je dois aussi évoquer un souvenir olfactif. Me revient alors en mémoire mes années d’étudiante et la voiture d’un de mes meilleurs amis parfumée de Kouros d’YSL. Un parfum assez « brut de décoffrage » et très masculin. J’avais essayé de le porter mais il n’a jamais « collé » sur ma peau.

Je lui parle ensuite des parfums que j’ai portés. J’évoque Paris d’YSL et Dune de Dior, qui m’ont tous deux été offerts avant que je découvre Mitsouko et que je n’ai pas beaucoup aimés. Je lui confie aussi avoir beaucoup porté Aromatics Elixir de Clinique, le N°19 de Chanel ou encore Egoïste de Chanel en parallèle de Mitsouko. Sans oublier Sikkim de Lancôme, Pure Oud by Kilian et la cologne Ambre Nuit de Dior.

Capture d’écran 2014-10-15 à 00.36.50

Toutes ces confidences aident Vanessa à déterminer les notes de tête, de fond et de cœur susceptibles de me plaire. Elle m’avoue qu’avec tout ce que je lui ai confié, Mitsouko ressort comme une évidence pour moi. Mais, comme je suis justement là pour découvrir autre chose, elle va me faire plusieurs propositions.

A l’aveugle, elle me fait sentir différents accords et reste attentive à ma réaction. Pour certains, elle me fait sentir deux accords en même temps. Petit à petit, on affine ensemble les choix. Elle m’aide à comprendre pourquoi j’en aime beaucoup quelques uns, un peu moins d’autres, voire même pas du tout certains. Régulièrement, j’offre une petite pause bien méritée à mon nez en le plongeant dans un joli pot en cristal rempli de grains de café.

Finalement Vanessa sélectionne cinq parfums. Elle vaporise chacun d’entre eux sur un filtre de parfumeur (une sorte de filtre à café en carton rigide plié comme un accordéon) afin que je puisse mieux les sentir et les vivre. Mon choix se porte sur trois parfums dont un très grand classique de la maison. Je suis sur la bonne voie !

Je ne ressens aucune pression pour acheter immédiatement un flacon. Bien au contraire, je repars avec des échantillons afin de pouvoir réellement et tranquillement tester ces parfums sur ma peau et dans la durée. Afin d’être vraiment sûre de mon choix puisque je n’ai pas ressenti le fameux coup de foudre que j’espérais tant.

Capture d’écran 2014-10-15 à 00.44.57

J’ai fait cette consultation en juin. Depuis, je ne suis pas retourné dans la boutique. Ni pour sentir une fois encore une des trois fragrances ni pour en acheter une. Car cette consultation a eu l’effet extraordinaire de me faire voir Mitsouko avec un regard neuf. Je me suis rendue compte que cette absence de coup de foudre avait peut-être une raison. Si finalement ce parfum est « fait pour moi », c’est qu’il a des facettes qui me correspondent. Progressivement je les ai retrouvées, une à une. Ce côté un peu masculin, cette amertume, le fait que ce soit un parfum d’initié qu’on ne risque pas de sentir sur tout le monde et beaucoup d’autres choses  que j’aime dans ce jus. Et je suis « retombée en amour » (selon l’expression québécoise) avec ce parfum chéri. En définitive, je suis très satisfaite de cette « fin heureuse », même si je continue à faire des infidélités à mon cher Mitsouko avec les nouveautés du moment !

Je vous incite fortement à vivre cette expérience privilégiée et gratuite. Certes, elle est proposée depuis de nombreuses années, mais je me suis aperçue que peu de mes amies la connaissent. Il y a fort à parier que vous en apprendrez beaucoup sur vos goûts en matière de parfum mais aussi sur vous-même. D’ailleurs avez-vous déjà un parfum signature ? Si oui, lequel et depuis combien de temps ? Avez-vous eu un coup de foudre ou si cela s’est-il fait progressivement ?




4 Comments sur La consultation parfum chez Guerlain

  1. Véro Falco
    15 October 2014 at 7:50 am (4 years ago)

    Très joliment écrit comme toujours.

    J’ai fait ce test…très agréable et amusant. .il y a bien longtemps.

    Personnellement je suis une adepte de Shalimar. ..et cela a bien été confirmé par le test.

    Je porte en parallèle depuis 35ans ,Mure et Musc que j’adore aussi. ..mais parfois je ne le sens plus, même en version extrême. ..

    Et de temps en temps j’associe les deux..
    Au moins il n’y a que moi comme ça. ..

    Ma dernière découverte: Souffle de parfum de Shalimar. ..

    J’ai beaucoup de compliments. ..mais je préfère la version classique. …

    Reply
    • Oriane
      15 October 2014 at 8:47 am (4 years ago)

      Hello Véronique, je suis sûre que ce mélange audacieux entre un parfum très musqué avec un départ chypré et un parfum ultra gourmand et capiteux se révèle magnifiquement sur la peau. C’est vrai que la tendance est aux mélanges et à l’originalité. De plus en plus de femmes jouent avec leurs flacons et c’est vraiment très intéressant de découvrir les petites recettes de chacune. Merci d’avoir partagé la tienne !

      Reply
  2. Patricia de Forton
    15 October 2014 at 2:05 pm (4 years ago)

    Suis aussi une adepte, comme toi de Mitsouko, “abandonné” pendant quelques années pour Gio, puis Femme de Bulgari. J’y suis revenue, il y a quelques mois en le respirant avec bonheur sur une jeune femme qui le portait à la gym…
    Savoir “quitter” un parfum que l’on ne sent plus sur soi au bout d’un certain temps, pour le pur plaisir, un jour, de retrouver sa fragrance. Et choisir de le reporter!

    Reply
    • Oriane
      15 October 2014 at 4:06 pm (4 years ago)

      Tu as tout à fait raison, en matière de parfum, une petite pause est parfois bénéfique ! Et, vive la gym !

      Reply

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *